181 fans | Vote

#106 : Membre à part

L'épisode commence avec une jambe humaine retrouvée par un garde de nuit au Chelsea Piers. La jambe porte des traces de traumatismes et une cicatrice autour du genou. Le garde de nuit dit n'avoir remarqué personne dans la zone et avoue avoir pensé dans un premier temps qu'il s'agissait d'un accessoire provenant du tournage de la série "Les Sopranos".

>> Captures de l'épisode

Popularité


3.2 - 5 votes

Titre VO
Outside Man

Titre VF
Membre à part

Première diffusion
10.11.2004

Première diffusion en France
11.12.2005

Vidéos

Trailer 1x06

Trailer 1x06

  

Photos promo

Mac (Gary Sinise) regarde des photos dans un album retrouvé sous le lit de la victime

Mac (Gary Sinise) regarde des photos dans un album retrouvé sous le lit de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographient les différentes blessures de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographient les différentes blessures de la victime

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) découvrent des traces de sang nettoyées sur le sol

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) découvrent des traces de sang nettoyées sur le sol

Stella (Melina Kanakaredes) découvre le corps de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) découvre le corps de la victime

Mac Taylor (Gary Sinise)

Mac Taylor (Gary Sinise)

Mac (Gary Sinise) regarde Stella qui vient de lui montrer un nouvel indice

Mac (Gary Sinise) regarde Stella qui vient de lui montrer un nouvel indice

Stella (Melina Kanakaredes) a retrouvé un doigt dans le réfrigérateur de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) a retrouvé un doigt dans le réfrigérateur de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographie le corps de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographie le corps de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographie le corps de la victime

Stella (Melina Kanakaredes) photographie le corps de la victime

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) observent la scène de crime

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) observent la scène de crime

Mac (Gary Sinise) observe la scène de crime

Mac (Gary Sinise) observe la scène de crime

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) découvrent le corps de la victime

Mac (Gary Sinise) et Stella (Melina Kanakaredes) découvrent le corps de la victime

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 10.11.2004 à 22:00
15.38m

Plus de détails

Scénario : Timothy J. Lea

Réalisateur : Rob Bailey

Distribution :

Acteurs Principaux : Gary Sinise (Lt. Mac Taylor), Melina Kanakaredes (Lt.Stella Bonasera), Carmine Giovinazzo (Danny Messer), Vanessa Ferlito (Aiden Burn), Eddie Cahill (Lt. Don Flack), Hill Harper (Dr. Sheldon Hawkes)


Acteurs secondaires : Patrick Bauchau (Dr. Willems), Paul Perri (Joe Garford), Kristen Shaw (Deirdre Hertzberg)

Affaire 1 suivie par Aiden et Danny.

Des coups de feu, un homme tente de respirer avec un sac en plastique sur la tête pendant qu'un autre recharge son arme puis tire...mais l'homme n'est pas mort, il déchire le sac. Mac, Aiden et Danny rejoignent Flack sur la scène de crime, un petit restaurant. 3 morts, 2 blessés, un vrai massacre, une grosse affaire. Le crime semble avoir été commis de l'intérieur, laporte de devant était verouillée, celle de derrière ouverte. Mac confie cette enquête délicate à Danny et Aiden, c'est une première.

Tout porte à croire qu'il s'agit d'un cambriolage qui a mal tourné mais Danny est septique. Il semblerait que le tueur a utilisé des sacs en plastique trouvés sur place mais que le ruban adhésif qu'il a pris pour fixer les sacs sur les visages de ses victimes ne vient pas du restaurant.

Danny et Aiden receuillent méticuleusement les indices sur place et tentent de reconstituer le carnage à l'aide d'une maquette. L'agression a débuté au sous-sol, mais un homme, Nadjv Patel a été abattu en haut, derrière le comptoir. Un des blessés, Terrel Davenport devient leur premier suspect : c'est un ancien junkie en liberté conditionnelle. Quelqu'un a forcément ouvert au tueur et c'est ses empreintes qui sont sur le ruban adhésif. Sur ce même ruban, Danny retrouve également une fibre trilobée bleue et Aiden un cheveu.

A l'hôpital, Danny et Aiden interrogent Terrel qui est maintenant l'unique rescapé puisqu'Octavia, la gérante, vient de mourir. Terrel raconte son histoire : Octavia les a tous appellés au sous-sol, là, un homme inconnu l'a obligé à attacher ses collègues. Danny et Aiden sont tentés de le croire car son chagrin à l'annonce de la mort d'Octavia semble sincère, d'autant plus que c'est lui qui a appelé les secours.

Danny retourne au labo pour trouver qui a ouvert au tueur. Les empreintes sur la clef le ramène à Nadjv Patel, on lui a tiré dans le dos, il a probablement tenter de s'échapper.

Danny et Aiden changent de tactique. Après avoir inspecté l'intérieur, ils vont inspecter l'extérieur, les poubelles où ils retrouvent des seringues avec du sang et des empreintes qui les amènent à José Figueroa, le frère d'Octavia.

José avoue qu'il est entré par derrière et qu'il a trouvé les corps, puis il est allé se droguer dans la ruelle. Terrel l'innocente, ce n'est pas lui qu'il a vu.

Danny reconstitue la porte d'entrée que les policiers ont du briser pour entrer. Là, il retrouve des traces de pollen et une empreinte palmaire appartenant à Lamar Adams. Interrogé, celui-ci avoue être passé au restaurant chercher Gina, la serveuse, mais qu'il n'a vu personne. Danny empreinte le bracelet en éponge bleu de Lamar mais il ne correspond pas
à la fibre retrouvée.

Aiden tient une piste avec le « cheveu » qui est en réalité une fibre résistante à la chaleur, venue surement d'un rouleau adhésif utilisé par les garagistes pour réparer les pots d'échappement. Justement, Luis, le compagnon d'Octavia, le père de ses filles, tient un garage.

Dans le coffre de la voiture de Luis, la moquette bleue correspond parfaitement à la fibre trouvée par Danny. Luis accepte qu'ils fouillent tout. Dans sa poubelle, ils retrouvent un sac en plastique. Danny et Aiden s'attèlent à reconstituer le rouleau de sac en plastique et les marques prédécoupées prouvent que le sac retrouvé chez Luis vient du rouleau. L'affaire est dans le sac.

Danny et Aiden interroguent Luis. Il est entré grâce à un bouquet de fleurs pour amadouer les employés. Il descend au sous-sol et menace Octavia qui veut aller s'intaller loin de New York pour échapper à son junkie de frère. Sous la contrainte, Octavia appelle tout le monde mais Nadjv tente de s'écahapper et Luis lui tire une balle dans le dos et l'achève derrière le comptoir. Ensuite, il oblige Terrel à ligoter tout le monde et les tue. Luis a tenter de faire croire à un cambriolage, il n'a pas supporté qu'Octavia parte en emmenant leurs filles.

Mac retrouve Danny au labo, il examine tout le travail minutieux des deux jeunes experts et félicite Danny. Mac lui assure que, vu son excellent travail, il va certainement obtenir sa promotion mais Danny trouve cela tellement dérisoir face à la mort de 4 personnes.

Affaire 2 suivie par Mac et Stella

Dans une ruelle, Mac rejoint Stella où les attendent une jambe. A l'autopsie, Hawkes leur apprend que cette jambe en a vu de toutes les couleurs : perforée par une perceuse, touchée par une balle à bout portant puis amputée chirurgicalement. La broche intramédullaire qu'Hawkes retire de la jambe, les conduit à son propriétaire, Franck Hertzberg, et au chirurgien qui l'a opéré. Mac et Stella rencontre le médecin qui a sauvé la jambe de Franck après que celui-ci ait reçu, accidentellement, une décharge de fusil de chasse.

Dans l'appartement de Franck, Mac et Stella retrouvent le reste du corps de Franck qui est mort depuis au moins 24 heures. Tout paraît bizarre à Mac, même les heures sont décalées. Sur le sol, ils retrouvent des traces de sang, prouvant que Franck a été amputé sur place. Dans le congélateur, Stella découvre un doigt, parfaitement sain d'après Hawkes, hormis le fait qu'il ne soit pas relié à un corps.

Le propriétaire du doigt, Joe Garford, leur raconte que Franck avait tout tenté pour se débarasser de sa jambe. Ils sont tous les deux des aspirants, des personnes qui aspirent a être amputé car ils ne supportent pas une partie de leur corps, qu'ils concidèrent comme la source de tous leurs problêmes. Généralement, ils se limitent à faire semblant, mais certains franchissent le pas, ce que confirme la femme de Franck.

L'examen toxicologique révèle des traces d'un antibiotique uniquement délivré par les hôpitaux, ce qui les ramène vers le chirurgien qui leur assure qu'il n'a pas amputé Franck.

Hawkes fait des essais sur des os pour retrouver exactement les traces bizarres relevées sur les os de Franck. Il tente l'expérience avec une scie chirurgicale électrique qui s'arrête faute de puissance.

Stella retourne dans l'appartement de Franck et relève une empreinte sur le tableau électrique, celle d'un ambulancier.

Une coupure de courant a fait sauter les plombs ce qui a arrêté les pendules. Cette coupure s'est produite à cause d'une surcharge due à la scie, l'ambulancier a terminé le travail à la main, tout nettoyé sauf le fusible. L'ambulancier avoue qu'il a voulu aider Franck, il l'avait rencontré quand il s'était tiré une balle dans la jambe. Quelques mois plus tard, Franck lui a demandé de l'amputer pour 10.000 $. L'ambulancier s'en sentait capable puisqu'il prend des cours pour entrer à l'école de médecine.
 
                                                                         
Merci à Dangie

 [On entend une femme crier en espagnol]

Femme : No, por favor, por favor !

[Une personne, un sac plastique sur la tête, en train de suffoquer. Une autre personne, avec des gants en latex, tient un revolver, recharge l'arme et tire. Plus tard, la personne se réveille, enlève le sac plastique de sa tête et voit deux personnes allongées.]

 

[Scène de crime – restaurant : Don, Mac et Danny]

[Une personne en civière est évacuée.]

Don Flack : On récapitule : on a deux morts au sous-sol, ces deux là, Octavia Figueroa et Terrel Davenport était dans la salle de resto. On a un autre macchabée derrière le comptoir.

Danny Messer : Flack, dis leur de garder le scotch qui lié les mains des victimes et les sacs qu'ils avaient sur la tête.

Don Flack : Ça roule.

Danny Messer : Hey les gars, prenez des gants, ok ?

Don Flack : Soyez sympa, mettez-nous sous cloche tous les indices éventuels que vous pourrez recueillir sur les blessés, pigé ?

Homme : Oui.

Don Flack : Les premiers flics qui sont arrivés sur place ont du défoncer la porte. Elle était fermée à clé et ils ont vu les deux blessés qui gisaient près du comptoir.

Mac Taylor : Il y a d'autres issues ?

Don Flack : La porte de derrière qui donne dans l'allée. Elle est ouverte.

Mac Taylor : Et le système d'alarme.

Don Flack : Pas branché.

Mac Taylor : Ils avaient baissé le rideau ?

Don Flack : À 23h00 tapantes.

Danny Messer : On dirait que tout s'est passé de l'intérieur.

Mac Taylor : C'est par là qu'on va commencer.

 

[GENERIQUE]

 

[Scène de crime – Quality Café : Mac, Aiden et Danny]

Mac Taylor : Je vous laisse travailler en solo. Danny vous prenez le contrôle des opérations. Vous avez trois ans d'ancienneté, si vous êtes prêt à monter en grade, vous devez faire vos preuves. D'abord le sous-sol, la salle et le périmètre, y compris la grosse poubelle dans l'allée. Au moindre souci vous m'appelez. Je réponds 24 h/24. Tenez-moi au courant.

 

[Scène de crime – sous-sol : Aiden et Danny]

Danny Messer : Nous voilà à la case départ. A nous de jouer.

Aiden Burn : C'est toi qui commande.

Danny Messer : On quadrille la pièce, chacun de notre côté et on repasse derrière l'autre pour vérifier. On part du centre en commençant ici par les corps.

Aiden Burn : Flack a déjà identifié ces deux là. La femme s'appelle Gina Robson, la serveuse. Lui c'est Jared Perkins, le cuisinier. Ils ont été dépouillé et ont prit une balle dans la tête.

[Elle prend des photos des corps]

Danny Messer : D'un 7,65 magnum. Aucune marque d'extracteur sur le boulet, ce n’était pas un pistolet mais un revolver, 5 coups maxi.

Aiden Burn : Il a été obligé de recharger, c'est long. On cherche un animal à sang froid. Apparemment, la gérante avait préparé des espèces à déposer à la banque. Elle avait prévu un petit voyage. Tu sais où ça se perche Claymount ?

Danny Messer : Dans le nord de l'état, à côté d'Albany. On dirait les sacs qu'ils avaient sur la tête. Donc le tueur ne les avait pas apportés avec lui. Il les a prit sur ce rouleau.

Aiden Burn : Pourquoi leur avoir emballé la tête, y a une raison ?

Danny Messer : On procède par ordre, le comment avant le pourquoi. Pas de scotch à l'horizon, il l'avait apporté. Il savait qu'il trouverait ces sacs sur place. Il n'a apporté que le strict nécessaire.

Aiden Burn : Les victimes ont toutes été dépouillées, leur montre, leur portefeuille, leurs bijoux, les caisses ont été vidées. A vu de nez un cambriolage, tout ce qui a de plus banal. Pour une poignée de dollars, ça fait beaucoup de morts.

Danny Messer : Y a une autre raison.

 

[Deuxième scène de crime – poubelles : Stella et Mac]

Stella Bonasera : Le gardien de nuit a appelé y a environ une heure. Danny enquête sur la fusillade de la cafétéria ?

Mac Taylor : Hum hum, trois morts, deux blessés évacués aux urgences de l’hôpital Trinity. La scène du crime va du sous-sol à la salle de restaurant.

Stella Bonasera : Grosse enquête.

Mac Taylor [Examinant la jambe coupée] : Il y a beaucoup de lésions qui ne datent pas d’hier. Cette jambe a une longue histoire. [Il la prend dans ses mains, elle a l’air lourd]

Stella Bonasera : C’est si lourd ?

Mac Taylor : La jambe inférieure constitue 15 % du poids global d’une personne.

Stella Bonasera : On a plus qu’à trouver les autres 85 %.

 

[Cafétéria – derrière le comptoir : Aiden et Danny]

Danny Messer : Une balle dans le dos tirée à moyenne portée et aucune trace de poudre. Blessure à la tête avec contact, on a la marque et la brûlure de la bouche du revolver. Le sang a éclaboussé la gazinière. Il a été abattu ici. [Danny se lève et regarde le téléphone sur le bar]. 911, qui a appelé les secours ?

Aiden Burn : Flack s’est renseigné auprès du centre d’appel d’urgence. C’est Terrel Davenport qui les a contactés

Danny Messer : Des traces de sang au sol. Je vois deux traînées parallèles qui viennent des escaliers. Ce type reçoit une balle dans la tête au sous-sol, réussi à remonter un blessé et à passer un coup de fil.

Aiden Burn : Si c’est le cas, c’est de la graine de héro. Il mérite une médaille.

Danny Messer : Le tueur apporte son scotch évidemment, et il prend les sacs qui sont là. Il est assez calme pour recharger son revolver mais assez étourdi pour laisser une douille de balle. Flack est bien sûr d’avoir eu la liste de tous les employés ?

Aiden Burn : Oui.

Danny Messer : Si le tueur avait un complice parmi les membres du personnel, il l’aurait épargné j’en suis sûr. Alors que là, il les a tous butté.

 

[Morgue : Stella, Mac et Sheldon]

Stella Bonasera : Des traces de couteau, des coupures, cette jambe en a vu de toutes les couleurs.

Sheldon Hawkes : La chair a été transpercée jusqu’à l’os en plusieurs endroits. Le tissu cicatriciel de cette lésion et la perforation du fémur pourraient avoir été provoqués par une perceuse.

Mac Taylor : J’ai déjà vu ce genre de blessure. Il ressemble presque à un coup à bout portant. L’explosion d’une mine ou une arme à haute vélocité pourrait en être la cause. On a retiré ce lambeau de peau ici pour recouvrir la partie opérée.

Sheldon Hawkes : Amputation chirurgicale. Les chairs ont été incisées au scalpel et une scie électrique à grande vitesse a sectionné l’os. Le problème c’est que rien dans cette jambe ne nécessité l’amputation.

Mac Taylor : On dirait qu’on a affaire à un professionnel.

Stella Bonasera : Un professionnel de quoi ? Quel genre de médecin jetterait des membres amputés dans la rue ?

Sheldon Hawkes : Une broche intra-médullaire a été récemment introduite dans le tibia. Vu le stade de la croissance de l’os autour du clou, l’opération remonte a environ un an et demi.

Stella Bonasera : Et cette broche, vous croyez qu’on peut voir un numéro de série ?

Sheldon Hawkes : On va le savoir tout de suite.

Stella Bonasera : Pourquoi prendre la peine de se faire poser une broche dans la jambe pour se la faire couper un an plus tard ?

Mac Taylor : Bonne question. [Zoom sur le numéro de série : 137652] Le numéro nous mènera peut-être à quelqu’un qui a la réponse.

 

[Hôpital : Chirurgien, Mac et Stella]

Chirurgien : Je me souviens parfaitement de l’opération. Le patient s’appelait Frank Hertzberg. Son tibia était pratiquement arraché. Il a fallu que j’introduise une broche. Opération très réussi.

Stella Bonasera : J’ai lu dans le rapport de police que la lésion provenait d’un coup tiré par un fusil de chasse.

Chirurgien : Il le nettoyait et le coup est parti. Un accident idiot, qui a failli lui coûter sa jambe. Traumatisme sévère de tout le tibia lisse antérieur. Un chirurgien moins délicat l’aurait amputé.

Mac Taylor : C’est ce qui lui est arrivé.

Chirurgien : M. Hertzberg a du aller frapper à la mauvaise porte.

Mac Taylor : Vous l’aviez vu récemment ?

Chirurgien : Il y a quelques mois déjà, j’avais besoin de photos pour un article, il l’avait l’air grandement satisfait de mon travail.

Stella Bonasera : Au moins autant que vous ?

Chirurgien : Le personnel se chargera de vous communiquer tous les documents que vous désirez. [Il s’en va]

Stella Bonasera : Tant d’humilité, ça laisse rêveur.

 

[Labo : Danny et Aiden]

[Ils ont fait une maquette de la scène de crime afin de les aider de façon chronologique dans leur réflexion]

Danny Messer : Deux corps au sous-sol, deux blessés dans la salle plus un autre corps derrière le comptoir. D’après les indices, le tueur aurait rassemblé tout le monde au sous-sol. L’une des victimes a fait rentrer l’assassin. Je veux savoir où chacun se trouvait au début de l’histoire.

Aiden Burn : Alors qui faisait quoi et où ? Voyons d’abord Octavia. Elle compte la recette au sous-sol et prépare l’enveloppe pour la banque.

Danny Messer : On a trouvé une cigarette avec des traces de rouge à lèvres, l’ADN correspond à celui de Gina Robson. Najiv Patel, on a découvert des traces de produits détergents sur ses mains, il était donc dans la salle. Reste Jared Perkins et Terrel Davenport. Y avait un papier de gâteau vide sur le comptoir, comme si quelqu’un venait de finir son dessert.

Aiden Burn : Hum, c’est forcément Jared.

Danny Messer : Qu’est-ce qui te permet de l’affirmer ?

Aiden Burn : Le labo a trouvé des traces de saccarose sur ses dents. Quant à Terrel Davenport, en liberté conditionnelle depuis 3 mois, il a purgé 3 ans et demi pour vol à main armée. Sous le bureau d’Octavia il y avait une cuiller cachée, elle portait des traces d’héroïne. Terrel est un junky, en plus il a loupé son dernier rendez-vous avec le juge d’application des peines. C’est pas cool. Ma main à couper que c’est lui.

Danny Messer : Analysons le scotch qui a servi à ligoter les victimes pour le prouver.

[Ils analysent donc les indices qu’ils ont trouvé sur place]

Danny Messer : Mais qu’est-ce que c’est que ces fibres bleues ?

Aiden Burn : Je crois que j’ai un cheveu ou un poil. Je l’envoie au service traces et indices.

Danny Messer : Tu as une idée d’où peuvent provenir ces fibres ? Des banquettes, des coussins ?

Aiden Burn : Non, y a que du ciment, des briques et du Skye.

Danny Messer : Et les vêtements ?

Aiden Burn : Ils portaient tous un uniforme jaune en haut, noir en bas. Je crois qu’on a une empreinte.

Danny Messer : Toi, tu vas tout me dire maintenant. [Il examine une fibre au microscope] Fibre trilobée. Application multiple, vêtements, moquette, filtre. Ca peut être n’importe quoi.

Aiden Burn : En revanche, l’empreinte sur ce ruban adhésif ne peut appartenir qu’à une seule personne : Terrel Davenport, l’un des deux survivants.

 

[Domicile de Frank Hertzberg : Mac et Stella]

[Mac et Stella entre dans l’appartement de la victime, mais sont accueillis par une forte odeur de décomposition]

Stella Bonasera : Oh. [Elle trouve le corps de Frank Hertzberg allongé dans son lit] Mac.

Mac Taylor [s’approchant du corps] : Les 85 % manquants de Frank Hertzberg.

 

[Scène de crime – domicile de la victime : Mac et Stella]

[Mac et Stella sont dans la chambre, quand Mac entend des gens parler dans la pièce à côté]

Policier : C’est pas beau à voir. Le mec est mort dans son lit. Sa jambe est toute pourrie. Vu l’odeur, il marine depuis longtemps.

[Mac se rapproche des personnes dans la pièce adjacente]

Mac Taylor : On n’est pas au spectacle, dîtes-leur d’aller se rincer l’œil ailleurs, Sergent.

Sergent : Oui, Lieutenant.

[Mac revenant vers Stella dans la chambre]

Mac Taylor : Les gens sont vraiment tordus. La putréfaction indique que la mort remonte à 24 heures au moins.

Stella Bonasera : La décomposition était rapide.

Mac Taylor : Il fait chaud là dedans. Et cette odeur douçâtre.

Stella Bonasera : La gangrène.

Mac Taylor : Qui a accéléré la décomposition. L’aiguille a été arrachée. Quand la gangrène a commencé à la gagner, il a du essayer de se lever. Il s’est vu mourir. [Prenant une boîte de médicaments tombée au sol] Tétracycline. Rien ne semble à sa place ici, même l’heure est décalée. Donnez-moi le luminol. Des traces de sang. On a fait le ménage en plus. Il a été opéré ici.

[Mac trouve une mallette sous le lit de la victime, Stella ouvre la commode]

Stella Bonasera : Il doit y avoir une Mme Hertzberg quelque part. [Elle ouvre le congélateur, et y trouve un doigt dans un sachet] Un doigt ? Ah ah ! Ce petit doigt me dit qu’un nouvel indice nous mènera au cœur du problème. Il n’appartient pas à M. Hertzberg. Pourquoi un unijambiste garderait un petit doigt de rechange dans son congélo ?

 

[Hôpital : Aiden et Danny]

[Ils sont en train de regarder un médecin parlait à un homme, accompagné de deux petites filles.]

Homme [se mettant à pleurer] : Oh mon Dieu, non !

Danny Messer : Ce sont les petites filles sur la photo sur le bureau d’Octavia, et lui c’est son frère. Elle n’a pas survécu. Allons voir si Terrel a quelque chose à nous dire.

 

[Hôpital - Chambre de Terrel : Terrel Davenport, Danny et Aiden]

[Terrel Davenport porte un bandage sur les yeux.]

Danny Messer : Vous avez vu votre agresseur ?

Terrel Davenport : Non, j’ai pas vu le connard qui m’a tiré une balle. Hey les mecs, vous êtes graves là, je sens que vous m’accusez ! Tu t’imagines la tête dans le sac, attends qu’on te mette une balle dans le crâne ? Tout le monde hurle à la mort et tu vois rien.

Danny Messer : On a trouvé tes empreintes sur le scotch et également sur les sacs, ça fait désordre.

Terrel Davenport : Normal, il m’a obligé à le faire. Il m’a obligé sur ma mère.

Aiden Burn : Raconte !

Terrel Davenport : Que je raconte ? Elle était au sous-sol.

Aiden Burn : On veut des noms.

Terrel Davenport : Octavia, la patronne. Elle nous appelle au sous-sol, je vais en bas, je sens qu’il y a un mec derrière moi qui me braque avec son flingue. Si je me retourne pas, il me promet de me laisser en vie. Il me demande d’attacher les mains de mes potes et d’emballer leur tête dans un sac. Et ça était mon tour.

Aiden Burn : Vous n’avez rien reconnu chez le tueur, je sais pas moi, sa voix, son accent ?

Terrel Davenport : J’ai commencé à bosser dans ce resto y a trois semaines. Je connais pas un rat. Pourquoi vous allez pas demander à Octavia ? Elle vous le dira elle. Elle vous racontera ce qui s’est passé. Et comment je l’ai porté là haut pour la sauver.

Danny Messer : Octavia n’a pas tenu le coup.

Terrel Davenport : Quoi ?

Danny Messer : Elle est morte.

[Terrel se met à pleurer derrière son bandage].

 

[Morgue : Mac et Sheldon]

[Mac prend l’empreinte du doigt retrouvé dans le congélateur de la victime]

Sheldon Hawkes : Hormis le fait qu’il ne soit pas rattaché à une personne, ce doigt n’a rien d’anormal.

Mac Taylor : On a des morceaux provenant de deux corps différents. J’espère que le propriétaire de ce doigt se porte mieux que M. Hertzberg. Quoi d’autre Doc ?

Sheldon Hawkes : Un détail m’intrigue. Au niveau de la section de l’os. Regardez. On distingue deux types de traces différentes. Là, on voit les marques normales des oscillations d’une scie chirurgicales, mais les striations horizontales…

Mac Taylor : Sont celles d’une scie manuelle.

Sheldon Hawkes : Ouais.

Mac Taylor : Pourquoi changer d’instrument en cours de route ?

 

[Hôpital – extérieur : Aiden et Danny]

[Ils sont en train de regarder le frère de leur victime mettre les filles d’Octavia dans la voiture d’un autre homme]

Aiden Burn : Tu crois ce que t’a dit Terrel ?

Danny Messer : Demande à la balistique où ils en sont avec la douille.

Aiden Burn : Et toi, tu vas où ?

Danny Messer : On sait qu’il a ligoté les victimes, reste à savoir qui a fait entrer le tueur dans le resto.

 

[Labo : Aiden et Danny]

[Danny travaille sur la clé de la porte d’entrée du resto et y découvre une empreinte]

Danny Messer : Toi, tu seras l’empreinte du pouce droit de Terrel Davenport que ça m’étonnerait pas. [Après comparaison] Raté.

Aiden Burn : Où on en est ? La dernière personne à avoir touché la clé est Najiv Patel. Il n’était pas ligoté, et n’avait pas de sac plastique sur la tête.

Danny Messer : L’empreinte n’est pas nette, son pouce a du effleuré la clé pendant qu’il tentait d’ouvrir la porte. Il voulait peut-être s’échapper alors qu’il avait déjà reçu une balle dans le dos. Et côté balistique ?

Aiden Burn : Les recherches sur la douille n’ont rien donné.

Danny Messer : On va inverser la vapeur. Au lieu d’aller de l’intérieur vers l’extérieur, on va commencer par l’extérieur, en fouillant les poubelles derrière le resto.

 

[Labo : Stella et Mac]

Stella Bonasera : J’ai trouvé le propriétaire du doigt surgelé. Joe Garford demeurant au 3112, 232ème rue dans le Queens. Il aura suffit d’une empreinte pour mettre le doigt sur notre homme.

 

[Domicile de Joe Garford : Joe Garford, Mac et Stella]

Joe Garford : Frank avait depuis des années le sentiment que sa jambe lui était inutile à tel point qu’il se sentait oppressé et qu’il disait qu’être bien qu’une fois amputé.

Stella Bonasera : Sa jambe l’oppressait, c’est ça ?

Joe Garford : C’est ce qu’il ressentait.

Stella Bonasera : Votre petit doigt aussi vous oppressait ?

Joe Garford : Oui, en quelque sorte.

Mac Taylor : Expliquez-nous pourquoi on l’a retrouvé dans le congélateur de Frank Hertzberg ?

Joe Garford : Il m’a demandé s’il pouvait le prendre.

Mac Taylor : Pourquoi ?

Stella Bonasera : À qui Frank s’était-il adressé ?

Joe Garford : À un médecin je suppose. Ce n’est pas le genre d’opération qu’on tente soi-même.

Stella Bonasera : Et le nom de ce médecin ?

Joe Garford : Je n’ai aucun nom à donner.

Mac Taylor : Si je peux me permettre, qui vous a opéré pour votre jambe ?

Joe Garford : Je n’ai pas la volonté de Frank ni la détermination. Nous sommes ce qu’on appelle des aspirants, parce que nous aspirons à être amputés. [Il se lève et détache une lanière qui retenait sa jambe] On se limite généralement à faire semblant. Certains comme Frank vont jusqu’à franchir le pas.

 

[Labo : Danny et Aiden]

Danny Messer : J’espère qu’on n’a pas fait ça pour rien. Une piquouse de toxico. Fais gaffe.

Aiden Burn : Moi aussi j’en ai une.

Danny Messer : Une, c’est un hasard, deux c’est une piste. Et trois, c’est un suspect. Du sang et une empreinte. [Après recherche] Arrestation pour détention de drogue. José Figueroa. Octavia Figueroa. Salut petit frère.

 

[Salle d’interrogatoire : Danny et José Figueroa]

Danny Messer : Ca te rappelle quelque chose ? Je vais te rafraichir la mémoire, là tu vois une seringue qui contient des traces d’héroïne, ton carburant de prédilection.

Jose Figuerao : Jamais je…

Danny Messer : Y a ton empreinte dessus. Et sur cette empreinte y a du sang de ta sœur. Regarde un peu, tu te souviens d’elle ? Je t’ai vu pleurer à l’hôpital, José. C’était qui le mec dans la voiture dehors ?

José Figueroa : Il s’appelle Luis. Le père des enfants d’Octavia.

Danny Messer : Ta sœur en a eu marre de jouer Mère Thérésa pour son drogué de frère, je paris. Ta sœur avait le cœur sur la main, mais même les bonnes poires finissent un jour ou l’autre par craquer à force de les presser. Elle avait peut-être envie d’oublier la délinquance, la drogue, elle voulait partir, déménager dans le nord de l’état.

José Figueroa : J’étais venu pour discuter.

Danny Messer : Ok, je te suis. Comment t’es rentré ?

José Figueroa : Elle me laissait entrer avant de fermer le soir quand elle partait. Mais… mais hier quand je suis arrivé, la porte de derrière était ouverte.

Danny Messer : Alors tu vois ça, tu vas te shooter, t’appelle pas la police. Tu vas décanter au frais quelques jours pour t’éclaircir les idées. Mais si je découvre que c’est toi qui a fait le coup, je te mettrais au trou pour de bon.

 

[Labo : Aiden et Danny]

Aiden Burn : Terrel se rétablit rapidement il parait.

Danny Messer : Et il a pu jeter un œil à José.

Aiden Burn : Et il a confirmé ?

Danny Messer : Terrel a dit qu’il ne l’avait jamais vu.

Aiden Burn : José entre dans le resto, voit sa sœur en train d’agoniser, il se shoote, jette sa seringue pleine de sang dans la poubelle et s’en va tranquillement ?

Danny Messer : On a à faire à un junky, il a peut-être cru qu’il délirait. Retour au point de départ. Il faut reconstituer les faits. On sait où tout le monde a commencé, on sait où ils ont fini, c’est le milieu qui nous manque.

Aiden Burn : Je vois pas comment on va avancer.

Danny Messer : En revenant sur nos pas. Réexamine le scotch pour voir si tu n’as pas oublié un détail. Je vais voir si je ne peux pas tirer quelque chose de la porte d’entrée.

 

[Labo : Danny]

[Danny reconstitue la porte d'entrée en verre]

Danny Messer : Du pollen ? Comment c'est arrivé là ? [Il en prélève un échantillon] Quelqu'un a mis sa main contre la vitre pour voir à l'intérieur. [Il prélève les empreintes] Et une empreinte palmaire, une. [Il recherche dans l'ordinateur une correspondance]

 

[Rue : Lamar Adams, Don et Danny]

Don Flack : Lamar Adams ?

Lamar Adams : C'est qui qui le demande ?

Don Flack[en montrant sa plaque] : Tu peux nous dire ce que tu faisais au Quality Café sur Flat Bush hier soir ?

Lamar Adams : Si j'y étais, j'étais sûrement passé pendre une meuf.

Don Flack : T'as rien vu de louche ?

Lamar Adams : Ce qui est chelou, c'est qu'elle m'a pas attendu. Elle a de la chance que je l'ai pas pécho grave, on me pose pas de lapin à moi.

Don Flack : Pas mal de gens se sont fait butés hier soir gros malin. Dans le lot y avait Gina Robson, ça te dit rien ce nom là ?

Lamar Adams : Arrêtez de délirer, j'y suis allée pour rien.

Danny Messer : T'es allé là-bas, j'ai relevé tes empreintes sur la porte, essaies pas de nous mener en bateau.

Lamar Adams : Ouais, j'y suis allé juste après onze heures. C'était vide. Le désert je te dis, j'ai vu quedal là dedans.

Danny Messer : T'es sûr ? T'aime jouer au ballon Lamar ? Ou bien ce truc bleu au poignet, c'est juste pour faire style ?

 

[Domicile de Frank Hertzberg : Madame Hertzberg, Stella]

Madame Hertzberg : Cette photo a été prise pendant notre lune de miel. Mais il préférait sa version. Mes parents sont restés mariés 50 ans. Et mon père grâce à ma mère se sentait entièrement une homme.

Stella Bonasera : Vous étiez en vacances lorsque…

Madame Hertzberg : J'étais allée voir ma mère dans le Connecticut. Vous imaginez si je l'avais trouvé comme ça en rentrant chez moi ? Est-ce qu'il avait pensé à ça ?

Stella Bonasera : Vous saviez qu'il avait prévu cette opération ?

Madame Hertzberg : C'était évident que ça lui trotté dans la tête. Il attachait sa jambe pour aller au centre de psycothérapie. Il s'amusait à faire semblant. Y avait un type, un dénommé Joe, je sais plus comment, il arrêtait pas de lui donner de nouvelles idées, « si t'essaie ça c'est bon, ils seront obligés de te l'enlever après. » Il se donnait des coups de couteau ou de perceuse, il s'est même congelé la jambe avec de la neige carbonique. Il souffrait d'apothemnophilie, un trouble identitaire de l'identité physique. Ceux qui en sont atteint ne peuvent pas supporter une partie de leur corps qu'ils croient être la cause de tous leurs problèmes.

Stella Bonasera : On espère que vous pourrez nous mettre sur la piste de celui qui l'a opéré pour qu'on puisse l'empêcher de recommencer.

Madame Hertzberg : Pourquoi ?

Stella Bonasera : La loi stipule que nul ne peut opérer sans un diplôme de chirurgien, il s'agit en l'occurrence d'un homicide non volontaire par négligence, il l'a tué.

Madame Hertzberg : J'ai fermé les yeux, je me disais que ça finirait par lui passer. Cette fois, il est guéri.

Stella Bonasera : Vous allez devoir contacter le service du médecin légiste pour récupérer le corps de votre mari.

Madame Hertzberg : Son corps Frank n'en voulait pas de son vivant, j'en veux encore moins à présent qu'il est décédé.

 

[Labo : Danny et Aiden]

[Danny examine le bracelet éponge de Lamar]

Aiden Burn : J'ai une bonne nouvelle à t'annoncer.

Danny Messer : Et ben moi aussi, en tout cas je l'espère. Je vais peut-être découvrir d'où venait la fibre bleue. L'empreinte sur la porte prouve que Lamar Adams était sur les lieux. Cette fibre nous dira si c'est lui qui a ligoté les victimes. Du coton. Raté. Les fibres sur le scotch sont synthétiques.

Aiden Burn : La vraie bonne nouvelle maintenant. Tiens, regarde.

Danny Messer : Qu'est-ce que c'est ?

Aiden Burn : Le labo a analysé la substance adhésive du ruban qui a servi à ligoter tout le monde.

Danny Messer : Un scotch apparemment classique. La bonne nouvelle elle est où ?

Aiden Burn : Le labo a aussi identifié ce que je pensais être un poil ou un morceau de cheveu sur le ruban qui a attaché les mains d'Octavia Figueroa. En réalité, il s'agit d'une fibre synthétique composée d'aluminosilicate avec des traces de Zirconium.

Danny Messer : De l'oxyde de Zirconium. C'est un matériau résistant à la chaleur.

Aiden Burn : Idéal pour les scotch utilisés dans les réparations auto. Les rafistolages temporaires de pot d'échappement en l'occurrence.

Danny Messer : Cette fibre s'est retrouvée là parce que…

Aiden Burn : Y avait ces deux sortes de rubans dans le garage où on les a prit.

Danny Messer : Donc en comparant les listes des fournisseurs des deux types de rubans de scotch, on devrait se rapprocher tout doucement du but. Tu as le fabricant de cette fibre thermorésistant ?

Aiden Burn : C'est parti. Je l'aurais dans un instant avec la liste complète des distributeurs.

 

[Labo : Technicienne et Stella]

Technicienne : Les analyses toxicologiques de Frank Hertzberg.

Stella Bonasera : Merci. Il était bourré de médicaments. Acétaminophène, tétracycline, oxycodone, un savant mélange d'antibiotiques et d'antalgiques. Protocole post-opératoire standard. Céphoxytine. Un antibiotique pré-opératoire, délivré exclusivement dans les hôpitaux.

 

[Bureau du chirurgien : Chirurgien, Stella et Mac]

Stella Bonasera : Vous avez été sommé de cesser les amputations par le gouvernement des Pays-Bas.

Chirurgien : Il s'agissait à l'époque, d'un acte tout à fait légal.

Mac Taylor : Ce qui signifie que vous avez déjà répondu favorablement à la demande de patients qui se blessent volontairement pour forcer les médecins à amputer. Quand vous avez soigné la jambe de Frank Hertzberg, vous saviez que c'était un acte délibéré.

Chirurgien : Je savais également qu'il ne tarderait pas à faire une nouvelle tentative.

Stella Bonasera : Vous a-t-il demandé de pratiquer l'amputation.

Chirurgien : Oui. Mais j'ai refusé.

Stella Bonasera : Vous avez prescrit les médicaments qu'on a trouvé près de son corps.

Chirurgien : J'ai rédigé cette ordonnance lorsque j'ai opéré sa jambe et il l'a gardé.

Mac Taylor : Et ceux qu'on ne se procurent qu'à l'hôpital ?

Chirurgien : Les vols de médicaments hospitaliers quotidiens. Les patients, les visiteurs, le personnel, tout le monde se sert. J'aurais souhaité aider Frank, mais certainement pas au péril de ma carrière.

 

[Labo : Aiden et Danny]

Aiden Burn : Cinq garages ont bien commandés le scotch spécial pot d'échappement. Scotch classique. L'un d'eux est tenu par le copain d'Octavia.

Danny Messer : Je devais regonfler mes pneus, c'est top.

Aiden Burn : Tu vas faire d'une pièce deux coups.

Danny Messer : Allons-y.

 

[Garage de Luis : Aiden, Danny et Luis]

Danny Messer : C'est la voiture qu'on a vu devant l'hôpital.

Aiden Burn : Vous étiez le compagnon d'Octavia ?

Luis : Oui.

Aiden Burn : Et les enfants qu'on a vu à l'hôpital, ce sont vos filles à tous les deux ?

Luis : Oui.

Danny Messer : Je sais que vous êtes encore sous le choc mais vous aurait-elle parlé de menaces qu'elle aurait subi au travail ? Des clients peut-être ?

Luis : Non. Y a toujours des petits malins qui cherchent la bagarre. Jamais rien de sérieux.

Danny Messer : C'est votre voiture ?

Luis : Oui.

Danny Messer : Très classe. Je peux jeter un œil ? Ca vous dérange ?

Luis : Pourquoi ?

Aiden Burn : Vous voulez une commission rogatoire ?

Luis : Non, c'est bon, allez-y.

Danny Messer : Vous les rangez toujours ensemble vos scotch là-bas ? Les rubans classiques avec ceux qui résistent à la chaleur ?

Luis : Ca fait une différence ?

[Danny examine le coffre de la voiture de Luis, et trouve une trace sur le tapis]

Danny Messer : Je crois qu'on a deux ou trois points à éclaircir Luis.

 

[Salle d'interrogatoire : Don, Danny et Luis]

Luis : Vous en avez pour longtemps ? L'école est finie, mes gamines vont rentrer à la maison.

Danny Messer : On a retrouvéce rubanadhésifautour du coupd'Octavia Figueroa, et les fibres bleues proviennent de la moquette qui tapisse le coffre de votre voiture.

Luis : J'ai rien à voir là-dedans, je sais pas de quoi vous parlez. Elle a peut-être pris le scotch dans ma bagnole. J'en sais rien moi.

Don Flack : On va aller chez toi, on trouvera peut-être un indice.

Danny Messer : Qui viendrait du lieu des massacres.

Luis : Fouillez mon appartement, mon garage, vous gênez pas.

Don Flack : Voilà une perquisition librement consentie.

Luis : Je connais mes droits, si je veux, je peux m'en aller.

Danny Messer : Pourquoi partir si vite ? Vous ne voulez pas être là quand on mettra la main sur le type qui a assassiné la mère de vos enfants.

 

[Garage de Luis : Danny et Aiden]

Danny Messer : On a fait chou blanc dans l'appartement de Luis. Il nous reste le garage.

Aiden Burn : On cherche quelque chose en particulier ?

Danny Messer : Un preuve de sa présence sur les lieux du crime.

Aiden Burn : On va devenir des virtuoses de la fouille de poubelles en tout genre.

Danny Messer : T'as remarqué ? On se retrouve toujours à fourrer notre nez dans les ordures.

Aiden Burn : Ouais, tu laisseras les autres mettre les mains dans le cambouis quand tu seras monté en grade.

Danny Messer : Et ben, vivement la quille. On emballe tout ça et envoie tout au labo.

Aiden Burn : D'accord.

 

[Labo : Sheldon et Stella]

Sheldon Hawkes : Après avoir extrait la broche, j'ai pu reconstituer l'os. L'extrémité du fémur est quasiment intact, j'en ai préparé quelques uns pour notre expérience.

Stella Bonasera : Génial. Vous voyez la zone sombre sur l'os, il pourrait s'agir d'une brûlure.

Sheldon Hawkes : Peut-être bien. Et regardez, il y a de légères incurvations là.

Stella Bonasera : Hum, ça a pu bloquer la lame ?

Sheldon Hawkes : Oui.

Stella Bonasera : A nous de jouer.

Sheldon Hawkes : Cette scie a les mêmes caractéristiques que celle qui a été utilisée.

Stella Bonasera : Elle est presque identique. Elle devrait réagir de façon identique. [Il prépare un os pour leur expérience, et commence à découper l'os avec la scie]. Je force un maximum, c'est normal ? Il faudrait augmenter la puissance. [La scie s'arrête d'un coup]. Plus de courant. L'électricité a été coupée cette nuit. Pour ça que la scie s'est arrêtée.

 

[Appartement de Frank Hertzberg : Stella]

[Stella examine l'appartement de la victime et trouve le boîtier à fusibles. Elle trouve des empreintes sur les fusibles].

 

[Salle d'interrogatoire : Stella, Mac et un ambulancier]

Stella Bonasera : Rappelez-nous pourquoi vous vous trouviez sur les lieux ?

Ambulancier : J'ai entendu l'appel radio de la police. Vous en avez pour longtemps encore ? J'aimerai pouvoir retourner travailler.

Stella Bonasera : Regardez. L'heure de la pendule là, derrière vous. Le lieutenant Taylor et moi, nous sommes arrivés à 10h45.

Ambulancier : La pendule déconne.

Mac Taylor : Elle est en parfait état. Elle n'est pas cassée, et elle ne retarde pas non plus, car toutes les pendules de l'appartement indiquent rigoureusement la même heure. Il a du y avoir une coupure de courant, ce qui arrive quand des plombs sautent par exemple. Quand il y a surcharge avec un appareil qui tire un peu trop de jus. Un appareil comme une scie chirurgicale.

Stella Bonasera : Vous avez commencé à l'opérer, tout se dérouler très bien et la scie vous a laissé en plan. Vous l'avez fini à la main, vous l'avez recousu, nettoyé le sang par terre, puis vous l'avez planté là.

Ambulancier : Vous n'avez aucune preuve que j'ai amputé ce gars-là. Vous n'avez rien.

Stella Bonasera : Oh si, vous m'avez laissé une belle empreinte sur le fusible. La même que dans votre dossier professionnel.

Mac Taylor : La scie a fait sauter le fusible, là vous avez fini le travail puis remis les plombs, mais avant vous aviez enlevé vos gants.

Ambulancier : Il m'a supplié de l'aider, après je l'ai appelé plusieurs fois, je pensaisque sa femme avait du rentrer de voyage puisqu'il ne répondait pas.

Mac Taylor : Vous y êtes bien retourné pourtant. Vous avez entendu l'appel sur la radio, vous vouliez être sur place pour couvrir vos arrières. Vous le connaissiez comment ?

Ambulancier : Quand il s'est tiré dans la jambe, j'étais de service, il y a quelques mois, il a réussi à me retrouver, il m'a demandé de l'amputer pour 10 000 $. J'aimerai poursuivre mes études de médecine, je prends de cours alors j'ai quelques notions, suffisamment pour lui donner un coup de main.

Mac Taylor : Et le serment d’Hippocrate, docteur ? Qui dit « je m'abstiendrais de faire le mal », ça ne vous dit rien ? Ça n'est jamais rentré en ligne de compte ?

Ambulancier : Ce type serait arrivé à ses fins. Il était prêt à s'auto-mutiler, et j'ai fait ce que j'ai pu pour l'aider, me faisant en même temps un peu d'argent. Je me suis dit qu'au point où il en était, ce gars-là n'avait plus rien à perdre.

 

[Salle à pièces à conviction : Danny et Aiden]

[Ils sont en train de chercher une preuve pour confondre Luis]

Danny Messer : Comme je le dis toujours, une bonne enquête finit forcément au fond d'une poubelle.

 

[Labo : Danny et Aiden]

Danny Messer : J'ai quasiment enlevé tout le sang maintenant. En retrouvant les marques prédécoupées et qui s'emboîtent le mieux entre deux sacs, on peut normalement reconstituer entièrement le rouleau. Ils ont été un peu abîmés bien sûr, mais l'extrémité des sacs qui ont été déchiré sont intacts.

Aiden Burn : Explique moi ce qu'on veut prouver.

Danny Messer : Que le sac trouvé dans la poubelle de Luis, est le chaînon manquant du rouleau.

Aiden Burn : Je vois.

[Ils examinent les sacs un à un]

Danny Messer : Le dernier devrait terminer la série. Et ben non, ça colle pas, il en manque un. Celui que Luis a emporté avec lui. Nickel. Je crois que l'affaire est dans le sac.

 

[Salle d'interrogatoire : Aiden, Danny et Luis]

Aiden Burn : Une des victimes a survécu, Luis. Il dit que le tueur l'a obligé à ligoter ses collègues, derrière la vitre, il pourra peut-être vous identifier au milieu des autres.

Luis : Je ressemble à des tas de gens. On n'arrête pas de me le dire.

Danny Messer : Vous êtes entrer grâce à ce bouquet. On a prélevé du pollen sur la porte vitrée du café.

Aiden Burn : Vous les avez amadoué pour qu'ils vous laissent entrer.

Danny Messer : Vous avez essayé de rassembler tout le monde au sous-sol, mais Najiv tente de s'enfuir.

Aiden Burn : Vous avez obligé Terrel à les ligoter et vous avez abattu tout le monde.

Luis : Non, moi j'y étais pas.

Danny Messer : On a trouvé ce sac dans votre garage, il est couvert d'empreintes, les votres. Vous avez voulu faire croire à un cambriolage.

Luis : J'y étais pas je vous dis.

Danny Messer : Les criminels sont comme des animaux, ils laissent des traces et nous on est là pour les trouver. C'est notre boulot. Ici, il y a un bouquet de fleurs et là, une douille de balle, du scotch et des sacs plastiques, et tout prouve que vous y étiez.

Luis : Vous savez rien, vous pouvez pas comprendre.

Aiden Burn : Oh si on comprend. Octavia voulait refaire sa vie dans le nord d'Albany pour échapper à son junkie de petit frère, seulement elle allait emmener vos filles.

Danny Messer : C'est dur de tuer quelqu'un à bout portant en le regardant droit dans les yeux. Vous pensiez que se serait facile, mais non, vous leur avez mis les sacs sur la tête pour avoir le courage de tirer.

 

[Labo : Danny et Mac]

Mac Taylor : Bravo. Je viens de lire votre rapport. Excellent travail. Ça sent la promotion Danny.

Danny Messer : C'est tellement dérisoire, Mac. Le matin on se lève, on va au boulot, on voit les collègues, les amis, on discute, on rigole, on vit sa vie et puis d'un coup, bam, tout s'arrête. Vous n'avez rien vu venir. Et voilà, le rideau tombe.

[Danny est beaucoup touché par l'enquête qu'il vient de boucler]

 

Kikavu ?

Au total, 65 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

diana62800 
27.04.2021 vers 21h

Constgnan 
13.04.2021 vers 21h

melanie91 
25.03.2021 vers 14h

schumi 
26.08.2019 vers 13h

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

Siko25 
11.02.2019 vers 14h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (26.08.2019 à 13:27)

Pas emballée par cet épisode que j'ai trouvé lent et somme toute banal... Et pas convaincue non plus par le boulot de Dany et aiden en solo. On a besoin de Mac dans cette série .

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Brooklyn 
PaceyJoers 
SandraVK 
Sevnol 
Activité récente

Photo du Mois
Hier à 23:04

Suite de Mots
Hier à 18:41

Musiques 604
11.05.2021

Musiques 603
12.04.2021

Musiques 602
06.04.2021

Musiques 601
01.04.2021

Musiques 525
29.03.2021

Musiques 524
25.03.2021

Musiques 522
21.03.2021

Musiques 521
20.03.2021

Actualités
HypnoCup 2021 | Fin de la compétition

HypnoCup 2021 | Fin de la compétition
Fin de la compétition pour le couple Danny Messer & Lindsay Monroe. Après avoir battu au premier...

HypnoCup 2021 | Quatrième tour de la compétition !

HypnoCup 2021 | Quatrième tour de la compétition !
L'HypnoCup 2021 se poursuit et notre couple préféré Danny Messer & Lindsay Monroe sont toujours dans...

HypnoCup 2021 | Troisième tour de la compétition !

HypnoCup 2021 | Troisième tour de la compétition !
L'HypnoCup 2021 se poursuit et notre couple préféré Danny Messer & Lindsay Monroe sont toujours dans...

HypnoCup 2021 | C'est parti pour le 2ème tour !

HypnoCup 2021 | C'est parti pour le 2ème tour !
Notre couple chouchou Danny Messer & Lindsay Monroe est en compétition lors de l'HypnoCup 2021. Le...

HypnoCup 2021 | Soutenez Danny & Lindsay

HypnoCup 2021 | Soutenez Danny & Lindsay
Dans la nouvelle édition de l'HypnoCup lancée le 18 janvier, les couples sont à l'honneur et...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Gary Sinise a sorti son premier livre, intitulé Grateful American, racontant son engagement envers les anciens combattants. Si le livre est traduit en français, seriez-vous intéressé de l'acheter ?

Total : 42 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

Kika49, 09.05.2021 à 19:07

Le calendrier du mois de Mai est arrivé sur The Resident.

cinto, 10.05.2021 à 18:34

Nouveau sondage chez Ma Sorcière Bien Aimée; en Mai, fais ce qui te plaît ...En avant les délires...

sanct08, 11.05.2021 à 11:01

Hello, sondage spécial "Fête des mères" sur The X-Files ! Venez nombreux

emeline53, 11.05.2021 à 19:42

Nouveau sondage sur The Fosters ! Tout le monde peut voter venez nombreux

pretty31, Avant-hier à 13:47

Venez départager les titres restants pour notre animation The New Song sur Zoey's EP ! Déjà les quarts de finale ! : )

Viens chatter !